Dyscorpia

INTELLIGENCES VIRTUELLES ET CORPS ARTIFICIELS

Banners_March08-02.jpg

À PROPOS

À quoi ressembleront nos corps dans 30 ans? Dans un siècle? Qu’est-ce qui aura muté, se sera tordu ou distendu en eux? Qu’est-ce qui en aura été (re)codifié, et sous quelles formes? On n’est pas qu’incarnés dans le monde; on s’y réincarne aussi, c’est-à-dire qu’on pense et repense sans cesse notre corporéité avec le temps qui passe. Parfois même à notre corps défendant. Au cœur de cette danse entretenue avec la connaissance de soi, dans le désir du vaste qui nous colle à la peau, les artistes rassemblés ici explorent les conséquences du mot ‘maintenant’ en s’efforçant de toujours l’associer à celui de ‘mieux’.

 L’intelligence artificielle—le virtuel devenu intelligent—transforme les façons dont on conçoit le monde et la place qu’on y occupe. Quelles formes de corps, quelles formes de substituts à échelle humaine sommes-nous en train d’imaginer et de créer en son nom? Qui plus est, que deviennent les fonctions du corps dans un monde où l’intelligence artificielle est de plus en plus privilégiée? Que désire-t-on pour celle-ci, et pour l’idée d’apprentissage approfondi (deep learning) qui s’y rattache? Et inversement, que peut-on apprendre sur nous-mêmes au contact de l’intelligence artificielle?  

 Les œuvres rassemblées sous le thème de Intelligences virtuelles et corps artificiels envisagent des mondes inédits et, ce faisant, présagent de réalités à venir. Devant leur beauté inquiétante, on est susceptible de découvrir en soi, dans l’imaginaire, des possibilités insoupçonnées. Nous visitons avec ces œuvres un peu de nous-mêmes, une part qui a certes trait au mécanique mais qui n’est pas incompatible, bien au contraire, avec les technologies biologiques et corporelles dont les progrès incessants nous entourent désormais. Mais alors que nous nous développons en tant qu’humains avec ces technologies, comment ne pas penser que celles-ci se développent aussi en nous?

ARTISTES

Vadim Bulitko; the A-Life team; Marilene Oliver; Gary James Joynes; Yves Netzhammer

New Background-08.png